Réponse des deux chênaies après incendie

Dans les écosystèmes méditerranéens, les espèces présentes avant incendie se retrouvent immédiatement après incendie, mais dans des proportions différentes; on parle d'auto-succession (Hanes 1971).

Le temps de régénération varie selon le type de plante et la fréquence des feux. La réponse d'une communauté végétale à des feux répétés dépend donc à la fois de la constitution de la communauté pré-incendie et de l'intervalle entre deux feux.

Dans les dix premières années après incendie, les strates basses (pelouses, garrigues, maquis) sont prépondérantes (Prodon 1988, Calvo et al. 2002a, Mouillot et al. 2003). Les formations de chênes verts se reconstituent lentement à partir de rejets de souche. Leur persistance dans le paysage suppose que les intervalles entre deux feux successifs ne soient pas inferieurs à 40 années. La forêt de chêne vert se reconstitue plus rapidement grâce au rejet sur branches. Elles résistent mieux aux incendies répétés.

 

Chêne-vert

Les forêts de chênes verts matures sont denses et fermées.  La forte densité de la canopée aboutit à la disparition du sous-bois en cours de régénération.

Cliquez sur chaque photo pour l'agrandir

Avant incendie
Forêt incendiée
2 ans
après incendie
4 ans
après incendie
6 ans
après incendie
10 ans
après incendie
13 ans
après incendie

Chêne-liège

Les formations de chênes-lièges même denses ont des canopées plus perméables à la lumière. On y trouve des sous bois bien développés dont la mise en place accompagne le retour de la canopée.

Cliquez sur chaque photo pour l'agrandir

Avant incendie
1 an
après incendie
4 ans
après incendie
12 ans
après incendie

haut de la page